Syndrome d’alcoolisation fœtale: La région pas épargnée

Ce lundi, c’est la journée de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF). L’objectif, rappeler les conséquences néfastes de l’alcool consommé lors de la grossesse et l’allaitement : retard de croissance, atteinte du système nerveux central, malformation… Le Syndrome d’Alcoolisation Fœtale (SAF) en est la forme la plus grave.

Santé Publique France publie pour la première fois une estimation nationale de ces troubles chez les nouveau-nés. En France, entre 2006 et 2013, 3 207 bébés -soit une naissance par jour- ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale et 452 étaient atteint d’un SAF.

Les Hauts-de-France ne sont pas épargnés : « On a une région avec des indicateurs de santé qui ne sont pas très bons et où l’alcool est assez présent », avance Delphine Guikoune, chargée de prévention à l’Association Nationale de Prévention en Alcoologie et Addictologie. Cette dernière insiste donc pour rappeler que « même un verre d’alcool, c’est déjà prendre des risques pour le fœtus. L’idéal est d’arrêter sa consommation avant d’essayer d’avoir un enfant. »

Categories Actualités
Related Videos

No Comments